Nicole Anquetil


Parfum de toile

 

Pâleurs de bleu tendues étirées à l’infini

Effilochés rouges de sentiments couchés

Transparences émues, offertes et grisantes

Lambeaux roses de peau vibrante

Je voudrais apprendre par coeur toutes ces couleurs

Coups de pinceau, coups de couteau

Phrases cachées et jetées l’air de rien

Sans aucun sens comme ils disent !

J’ai rêvé d’arriver enfin à peindre l’indicible,

Parfums du coeur et du corps

Méli-mélo de demi-teintes effleurées

Juste caressées sur la toile offerte,

Murmure de l’âme qui erre

Paysage mental toujours pas compris

Mais tellement vécu, ressenti, respiré

Combien de fois faudra-t-il recommencer ces gestes

Pour comprendre l’essence-ciel

Mais d’où viens-tu

Pour dire tout cela ?

Mais qui es-tu

Pour peindre comme cela ?

Voyage interdit au-delà de toute espérance

Voyage sans entrave

Images accrochées à mon corps comme des coquillages

Images rivées au creux de mon ventre

Images arrachées devenues soudain aériennes et vivantes

Aimer la toile enfin libérée

Me fondre en elle et n’en plus revenir

Hisser les voiles de la création

Peindre et peindre jusqu’à plus soif

Me laisser submerger par les flux et reflux de la couleur

Marée haute des carmin, vermillon, rouge de Chine et de Venise

Torrent des roses et tous ces fuchsia qui m’obsèdent

Prolonger le voyage jusqu’à l’ivresse de la térébenthine

En finir enfin avec le bleu royal entêtant, envoutant...

 

Nicole Anquetil ... Mai 2007